GAGNEZ 50€ EN DONNANT VOS SELLES !

Adieu les babbysitting, les plonges dans les restaurants ou les cours particuliers pour arrondir les fins de mois des étudiants: la proposition alléchante de l’hôpital Saint-Antoine à Paris pourrait bien faire l’affaire. C’est dans le cadre d’une étude sur la transplantation de microbiote fécal, que le centre de recherche a lancé un appel au don de selles pour la modique somme de 50 euros, a révélé le Parisien.Tout le monde n’est pas éligible au don de selles. Pour cela, il faut avoir entre 18 et 49 ans, ne pas suivre de traitement (sauf contraception) ni être malade, et être affilié à la Sécurité Sociale.

L’hôpital croule sous les appels

Le standard sature tant les volontaires sont nombreux, depuis l‘affichage du tract sur les murs de l’hôpital et sa diffusion le 14 novembre sur les réseaux sociaux, annonce l’hôpital à Franceinfo. La demande n’a pas manqué de faire rire les internautes, nombreux à identifier leur entourage sur les publications relayant cette annonce. «Ça y est, je suis millionnaire», ironise l’un d’eux. Un autre d’ajouter: «50 € la crotte, y en a qui vont être riches». Un troisième écrit: «Pour les candidats, ils pourront dire qu’ils en ont chier[sic] pour gagner leur argent…»

La transplantation de selles serait très efficace

Les dons doivent permettre de faire avancer l’ «étude REBALANCE-UC», «promue par l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris», précise le tract de Saint-Antoine. Elle porte sur «l’évaluation de la transplantation de selles dans une maladie inflammatoire de l’intestin, la rectolite hémorragique». Cette maladie pouvant atteindre le rectum et le colon, brûle la paroi digestive et comporte des phases de rémission et des phases de forte activité. Elle touche près de 3000 nouveaux patients par an, majoritairement dans les pays industrialisés, et est pour l’instant incurable.

La transplantation de microbiote fécale permettrait de sauver les malades en redéveloppant leur flore intestinale altérée. Il s’agit d’injecter via une sonde naso-gastrique ou une coloscopie les selles du donneur dans le tube digestif du patient. Cette méthode était utilisée dès le IVe siècle en Chine, pour traiter les diarrhées et intoxications alimentaires. De plus en plus d’études cautionnent son efficacité, et elle est reconnue depuis 2014comme un médicament par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Plus qu’un acte cocasse, le don de selles pourrait bien sauver des vies.

Leave a Reply