Bourses postdoctorales du Centre africain pour la migration et la société en Afrique subsaharienne

Le Centre africain pour la migration et la société de l’Université de Wits sollicite des candidatures pour deux boursiers postdoctoraux. Les boursiers seront nommés pour une période de un à deux ans débutant dès janvier 2019. La rémunération est au maximum admissible en vertu du code fiscal sud-africain. Descriptions suivent:

Mobilité, diversité et temporalité dans les villes africaines:

Ce chercheur mènera des explorations innovantes du rôle de la mobilité humaine dans la transformation des modes d’engagement social, d’autorité et de subjectivations politiques dans les villes subsahariennes. L’ACMS accueille en particulier des chercheurs critiques de toutes les sciences sociales ou humaines engagées à l’intersection de l’espace et du temps. Le candidat retenu rejoindra une équipe interdisciplinaire de chercheurs visant à remodeler la théorie sociale globale et les conversations académiques sur la mobilité, les villes et l’autorité politique et l’éthique. Ce travail vise à ouvrir de nouvelles frontières scientifiques tout en informant et en améliorant la visibilité de l’Afrique subsaharienne dans les débats académiques et politiques. Avec une base à Johannesburg, les chercheurs seront encouragés à développer et participer à des projets dans toute la région.

Loi et la régulation de la différence:

Travaillant en étroite collaboration avec le rapporteur spécial des Nations unies sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée, ce chercheur examinera et théorisera la réglementation juridique de «l’altérité». Incorporant des questions d’immigration, d’ethnicité, de religion et d’autres axes de différence, le projet vise à examiner le rôle de la loi dans la formation de la citoyenneté et des subjectivités. Bien que destiné à informer les efforts pratiques de lutte contre la discrimination, le candidat retenu parlera également d’une théorie socio-juridique plus large. Le sujet précis est indéterminé mais devrait prendre en compte la nature de la loi et son rôle réel et potentiel dans la construction de l’avenir des sociétés diverses et mobiles de l’Afrique à une époque de populisme et de sécurisation.

Les chercheurs des communautés sous-représentées sont particulièrement encouragés à postuler. Les candidatures doivent inclure une lettre de motivation, un CV, le nom de trois références académiques ou professionnelles, et un échantillon d’écrits savants pertinents compris entre 4 000 et 10 000 mots.

Demandes dues le 1er mai 2018

Pour plus d’informations, contactez Kabiri Bule: [email protected]ion.org.za